Vivre en colocation après 30 ans, les avantages.

Petits et grands bonheurs de la colocation après 30 ans.

Aujourd’hui le site easy sweet home est mon invité.

Un partenariat qui change , en effet c’est Elise une des co-fondatrices qui est l’auteur de cet article.

Je la remercie pour cette proposition est la confiance qu’elle me porte.

easy sweet home , site de colocation

petits et grands bonheurs de la colocation après 30 ans.

 

Petits et grands bonheurs de la colocation après 30 ans. Ma vie, mes humeurs Articles invités/sponsorisés

 

Que l’on soit introverti ou extraverti, que l’on soit bavard ou pas, et que l’on aime les animaux ou non il y a toujours une colocation qui vous correspond ! (Sauf si vous souhaitez vivre seul) Vous êtes comme vous êtes, et la colocation peut forcément vous correspondre. À condition de trouver les bonnes personnes bien sûr.

Dans la même catégorie : vous les connaissez ces préjugés tenaces qui nous empêchent de penser différemment ? Par exemple : qui a dit que la colocation est réservée aux étudiants et jeunes actifs qui entrent dans la vie professionnelle ? Ou alors : qui a dit qu’être célibataire doit forcément signifier vivre seul chez-soi ? (Si possible : l’âme en peine, accompagné d’un chat, et d’un pot de glace vanille cookies).

Évidemment, tout cela est caduc aujourd’hui. L’heure est venue de rétablir la vérité, et de partager la liste des petits et grands bonheurs de la colocation après 30 ans. Avec ou sans enfant, cette solution est sérieuse et pérenne pour de nouveaux célibataires. Et qui sait, peut-être que vous aussi, vous rejoindrez bientôt le mouvement des colocataires adultes.

Le confort de vie est largement supérieur.

Le point le plus évident, mais qui mérite d’être rappelé, votre confort de vie en colocation est largement supérieur. De façon générale, vous vivez dans un logement bien plus spacieux qu’en étant seul et économisez sur vos dépenses liées au logement. 

Inviter des amis à la maison reste simple, car le logement est suffisamment grand et vous avez les moyens de poursuivre vos loisirs, car vous ne dépensez pas excessivement d’argent sur le poste du logement.

Les tâches ménagères peuvent être partagées.

Autre bénéfice de la vie en colocation, c’est le partage des tâches ménagères. 

Vous aimez cuisiner, mais n’aimez pas faire la vaisselle ? Ce sont clairement des aspects qui peuvent être étudiés et discutés avec votre colocataire en amont. Vous répartissez en bonne intelligence le travail à faire selon les préférences de chacun.

L’ensemble des taches de la maison ne reposent plus exclusivement sur vos épaules. Cela signifie, pour vous, plus de temps de repos, ou plus de temps consacré à vos loisirs. On s’approche très fortement du bonheur là non ?

En cas de pépin quelqu’un d’autre à la clé de chez vous

avoir des clés de rechange , point positif de la colocation

Ah cet éternel problème de serrure ! Combien de fois n’avez vu pas vécu ces fractions de seconde (qui semblent des minutes au ralenti) où l’on voit notre porte se fermer, sans avoir les clés (qui sont restées à l’intérieur bien sûr).

Puis BAM s’est fini : les clés sont dedans vous êtes dehors. Il va falloir faire venir un serrurier, au modique prix forfaitaire d’un SMIC, car il est déjà 22 h 14.

Lorsqu’on ne vit pas seul, ce problème devient du passé (À moins d’oublier vos deux trousseaux, mais là… On ne peut plus rien pour vous.).

Si vous avez des enfants et votre coloc aussi : ils se font de nouveaux amis.

bien fait sppour les enfants de la colocation

Si on a des enfants, est-ce que la colocation est possible ? Tout à fait !

De plus en plus de mamans ou papas solo, se tournent vers la colocation pour l’ensemble des raisons que nous évoquons. 

En colocation on n’est plus le seul adulte à gérer la logistique du quotidien, et ça, c’est vraiment chouette !

Mais en plus de cela : les enfants sont ravis de trouver un ou une nouvelle amie(e) avec qui échanger, rire et jouer. L’idéal étant bien sûr d’avoir la garde de vos enfants au même moment.

Le reste du temps, vous vivez une colocation plus « classique » sans les enfants et tirez parti pleinement d’avoir un(e) ami(e) à la maison pour éviter le tête-à-tête avec votre télé et votre tranche de jambon le soir.

Plus besoin de chercher un partenaire de tennis (mais plutôt de bien choisir son coloc)

Pour les grands et moins grands sportifs, il peut être complexe de trouver un partenaire pour jouer au tennis, au squash ou à tout autre jeu à deux. Le partenaire idéal doit habiter dans un rayon proche et avoir le même type de disponibilités pour jouer ensemble.

Si vous choisissez bien votre colocataire, vous avez maintenant un partenaire de jeu et de sport à domicile. En effet, pour les disponibilités, elles sont facilement similaires et pour le fait d’habiter proche l’un de l’autre, on ne peut pas faire plus proche.

Organiser simplement les prochains matchs : rien de plus simple pour se maintenir en forme, évacuer le stress.

Évidemment cette raison, à elle seule, ne suffit pas à décider de vivre en colocation, mais est-ce que ce ne sont pas les petits détails de la vie qui procurent un bonheur stable et véritable ?

Débriefer à chaud sur les films ou séries que l’on regarde

Rien de plus frustrant que de regarder une série ou un film trépidant, avec une fin pleine de suspens, et de ne pouvoir en parler à personne. Lorsqu’on ne vit pas seul, ce sont autant de moments agréables de partage qui font durer le plaisir du film.

Évidemment cette raison, à elle seule, ne suffit pas à décider de vivre en colocation, mais est-ce que ce ne sont pas les petits détails de la vie qui procurent un bonheur stable et véritable ?

Vous avez un(e) ami(e) à la maison pour les jours gris.

Vous les connaissez ces jours gris : les jours où tout avance de travers et rien ne va.

Pour ces jours-là rien de tel que de pouvoir rentrer chez soi et de se libérer la tête de cette journée catastrophique, plutôt que de ressasser seul chez-soi. 

Et cela, quelle que soit votre envie : envie d’en parler ? C’est possible. Envie de ne surtout pas en parler et de penser à autre chose ? C’est possible également. Seule la qualité de votre relation et votre affinité feront la différence.

se soutenir même en tant que colocataire

Cet article m’a permis de voir la colocation d’un autre oeil. Plutôt positif. Peut-être qu’il répond à des questions que vous vous posiez. Ou vous a apportez une solution que vous n’aviez pas imaginé.

Que pensez-vous de la colocation ?

 

Vivre en colocation après 30 ans, les avantages.

commentaires

Un petit mot

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Petits et grands bonheurs de la colocation après 30 ans.”

%d blogueurs aiment cette page :