Dans les coulisses du blog #10: ce qu’on ne nous dit pas

Nouvelle édition des coulisses du blog.

Et je vous parle de tout ce qu’on ne nous dit pas quand ouvre un blog. 

J’ai décidé de vous en parler suite à différentes discussions avec des blogueuses et nos galères techniques.

Du changement de notre vie personnelle aux aléas voir les obstacles auxquels on devra faire face. 

Et ceci n’a rien à voir avec les différents articles sur les conseils pour ouvrir un blog. 

Ceux pour être productive, et j’en passe. 

D’ailleurs, j’ai moi-même abordé le sujet ici

10 conseils pour commencer un blog.

On pense être avisé, prête. 

À nous la blogosphère. 

Et bien, ce n’est que le début. 

Commençons par le changement dans notre vie perso.


Vous connaissez tous ce moment qui veut qu’au couché ou en pleine nuit vous ressassez votre journée. Et voir même prévoir celle du lendemain. 

Et bien quand on commence à bloguer, c’est pareil, sauf que ce sont les idées d’articles qui envahissent notre cerveau. 

Ça ne s’arrête donc jamais. 

Bien sûr, l’inspiration peut venir d’un rien et c’est ce qui est bien avec le blogging. Mais en journée et non pas la nuit, c’est plus sympa. 

cher cerveau arrête de t'activer la nuit

Si seulement le chamboulement de notre vie, ne s’arrêtait qu’à ça. 

Le sentiment de solitude. 

Malgré le fait qu’on soit en 2019, la perception des blogs n’a pas forcément évolué. On peut encore entendre ou lire des adjectifs, expressions tels que : profiteuse, pas sérieuse, ce n’est pas un vrai métier et j’en passe. 

Il faut avoir les nerfs solides et être bien entouré. 

Personnellement dans mon entourage, très peu de personnes savent que je blogue. Non par peur d’être jugé, mais parce que j’apprécie cette liberté. Je vous en parlais dans pourquoi je blogue anonymement. 

Quand les questions d’ordre techniques ou encore les remises en question se posent, trouver une écoute dans son entourage, c’est possible. Mais trouver quelqu’un qui comprend, c’est autre chose. 

Et pour ça, je tiens à remercier mes blopines pour leur soutien et aide. 

Surtout dans mes moments de doute. 

N’hésitez pas à vous inscrire dans des groupes Facebook au-delà de ceux du partage d’articles. 

facebook icon

J’ai une préférence pour le café des blogueuses qui m’a aidé à développer ma communauté.

wordpress les mains dans le cambouis pour le côté technique. 

Côté matériel, là aussi il y a du changement. Vous allez choisir votre téléphone ou votre ordinateur en fonction du blog. 

Et oui maintenant, il faut un téléphone qui fait de belles photos, qui soit optimal qui ait du stockage. On réfléchit complètement différemment à nos achats. 

 

En ce qui concerne le blog.

Personne ne m’avait dit que je passerais au moins deux heures minimums sur un article. 

Et ce n’est pas tant l’écrire qui prend du temps. 

C’est plus la correction, trouver les illustrations, la mise en pages. 

mise en page du blog

Et la relecture, chose que j’ai longtemps négligée. En travaillant mes anciens articles, je me suis rendu compte à quel point ça pouvait être important. 

Quand on écrit un article coup de gueule. On a tendance à vouloir le publier de suite. 

Et bien, je dirais que c’est comme lors d’une dispute, dire des mots à chaud ça ne sert à rien. 

Attendre au moins le lendemain est en général une meilleure idée. 

Car peu importe le nombre de fois où l’on va se relire, on ne verra pas les fautes. 

Un petit aparté, soignez votre orthographe et syntaxe. Je ne suis pas Bernard Pivot, mais j’essaye tout de même de faire attention. 

Et puis arrive ce jour où l’on décide de prendre notre envol.

</