Il y a des jours comme ça.

Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde.

Il y a des jours comme ça.

Aujourd’hui je suis celle qui va se plaindre.

Vous savez ce genre de journée où dès le réveil vous savez qu’elle va être pourrie. Et bien, aujourd’hui a été une de ces journées.

 

La pluie des mauvais jours

 

Et oui, il y a des jours où.

Où je me dis, je serais bien resté chez moi.

Je pleure de cette mauvaise journée

 

Pour commencer, je suis en mode vdm depuis le début de l’année .  Il reste encore 11 mois, je ne désespère pas.
La sciatique à fait son come-back , merci le temps.

Sinon, retour à ma journée.

J’ai assommé quelqu’un avec mon parapluie, assommé un grand mot.  Mais bon recevoir un coup de parapluie à

5 h 30 le matin ce n’est pas top, désolé monsieur.  Clients particulièrement chiants aujourd’hui.  J’ai plus été spectatrice pour une fois ça change.

Visite médicale annuelle, à cause de quoi je n’ai pas fait pipi avant 9 h.  Pourquoi ? Pour ceux qui ont déjà vécu ce moment, vous savez celui une fois que le gobelet se présente à vous rien ne sort.
Oui, ce n’est pas glamour, mais c’est vrai, et bien pour éviter ça, je me suis retenue 3 h et c’est long.

Arrive le moment de la pesée, voilà 1 kg de plus que sur ma balance.  OK, j’ai été peut être un peu fort sur les desserts pendant mes repos.  Mais quand même ça fait mal.

Bilan avec le médecin du travail, il le faut bien. 

Vu mes récentes douleurs, la question de travailleur handicapé revient sur le tapis.  Mais laissez moi tranquille.
Bref retour au travail et là je me rends compte que j’ai oublié mon chéquier pour l’examen chez le neurologue.

C’est à ce moment là où je me dis. Il y a vraiment des jours où et tout un tas d’adjectifs peux glorieux passe dans ma tête. Ce n’est pas grave, je rentre sans avoir déjeuné du coup, je mange un truc sur le pouce.

Ça sera Uber parce que je n’ai ni le temps, ni la force de reprendre les transports.  Mais comme c’est un jour, sans l’application, ne veux pas fonctionner.  Appel à une amie, elle me le réserve via son profil.  14h30 pour un rendez-vous à 15h, j’habite 15 minutes, sauvé.

 

Mais non, c’était sans oublier qu’aujourd’hui faisait parti de ces jours de merde.

il y a des jours où je me dis pourquoi

 

Uber qui ne vient pas, j’essaye un autre appel à un ami qui n’a pas sa voiture, comme par hasard. Je finis par en avoir un autre, entre temps m’a copine découvre que la course a été annulée et que ça me coûte 5e.

Bref, je reste zen.  J’arrive enfin chez le neurologue et c’est parti pour l’emg pour ceux qui ne savent pas c’est les détails ici. 45 minutes de décharges électriques, d’aiguilles dans mon corps et délestée de 230e. Ce qui m’a fait quasiment plus mal que l’examen en soi.

Je n’en peux plus.  Et quand je suis fatiguée, sachant que je suis réveillée depuis 4h30 sans un moment de répit.  Je n’ai envie de rien. Ce qui veut dire au diable le régime ce soir, ça sera pizza, direction le supermarché.

Il y a des jours comme ça.

Où le caissier fait tomber mes œufs et trouve ça drôle.  Facilement 3 minutes à plaisanter dessus et raconter ses anecdotes.
Comment vous dire que dans mon état de souffrance et d’énervement.  Je préfère me taire, car il est le seul à trouver ça drôle pendant que moi j’ai juste envie de lui dire de se taire et de passer mes articles.

ferme ta gueule

 

Et puis pompon sur la Garonne, je n’ai pas d’eau chaude. Je ne peux même pas me dire qu’une douche ou un bon bain vont me détendre.

Voilà vous l’aurez compris, c’était une bonne journée de merde. Et comme je vous aime, j’avais envie de le partager avec vous.
Un peu comme ces statuts Facebook où on se dit, on s’en fou complètement. Mais ça fait du bien de le laisser sortir.

Parce qu’il y a des jours avec et des jours sans.

Et vous, c’était quand votre dernier jour où ?

il y a des jours comme ça

commentaires