Le tabac et moi une grande histoire. A laquelle j'ai décidé de mettre un terme progressivement.

Ma relation avec le tabac.

Ma relation avec le tabac est bancale comme pour une relation de couple. 

Comme la plupart des adolescents je me suis laissée tenter par l’appel du tabac. 

Mais ça n’a pas duré longtemps. 

On était très organisé, celle qui achetait les cigarettes, celle qui s’occupait du chewing-gum et celle du déo. 

Tout pour ne pas se faire prendre et c’était tout de même tendu parfois. 

En grandissant cette manie m‘est passé, surtout quand j’ai quitté l’Alsace pour Paris. 

Je n’étais pas une grosse fumeuse de base de toute manière. 

 

La fumée de tabac

 

 

Et puis j’ai découvert le monde du travail et à cette époque, on fumait encore dans les locaux et le vice ma vite rattraper.

 Pourtant autant mes collègues fumaient, mais très peu de fumeurs dans mes amis.

 En changeant de travail, j’ai continué à fumé, mais moins. Je laissais mon paquet au travail, c’était le lieu du vice et surtout parce qu’à cette époque, j’étais avec un non-fumeur. 

Travail et sorties étaient mes seuls moments de plaisir. 

Et puis petit à petit la cigarette à fini par disparaître de mon quotidien, et cela, pendant 6 ans. 

Et puis quand je me suis séparée, le tabac est devenu mon ami. 

Les conséquences de la séparation.

Certains se réfugient dans l’alcool, la bouffe moi, c’était la cigarette et 8 ans après ma consommation est devenue plus élevée.

Pourtant, je suis capable de passer quasiment une journée sans fumer. 

Tout dépend de mon état d’esprit. 

En vacances, je fume en général 2 paquets en 3 semaines, là où j’en fume quasiment 2 en 3 jours en temps normal. 

Quand je suis en repos ou de soirée je ne fume pas avant pas avant 10h voir même plus tard.

 Alors que quand je suis du matin, à 5H en allant prendre mon train ,j’ai déjà une cigarette à la main. 

On est tous des fumeurs différents, moi, je fais partis de celles qui ont besoin d’avoir les mains occupées. 
La cigarette du trajet, celle en attendant le bus. 

Je suis capable de l’allumer alors que je sais très bien que je serais arrivée avant même de l’avoir fini. 

Idem, quand je suis au téléphone à peine, il a sonné que je cherche déjà ma cigarette. 
Je suis loin de celles qui en ont besoin dès le réveil, mais avec le café, j’ai du mal à m’en passer. 

 

tabac et café
Heureusement que j’aime le thé, du coup le matin, ce n’est pas un manque et j’ai horreur du tabac en mangeant. 

Même au restaurant, j’attends que tout le monde ait fini de manger question de respect. 

J’ai aussi la cigarette nerveuse, celle que vous allumez quand vous êtes énervé.

Et pourtant, c’est la pire parce qu’en général, on en allume une autre juste après. Ça augmente la nervosité, on le sait et pourtant on le fait quand même. 

Vous avez à peu près cerné la fumeuse que je suis. 

Aujourd’hui, j’ai décidé de changer. 

Je ne dis pas arrêter.Demain j’arrête n’est pas une de mes phrases favorites.

 Facile à dire et facile de faire le contraire. 

J’ai décidé de changer mes habitudes et si au final j’arrête tant mieux.

Parce que demain, j’arrête, j’ai déjà essayé et la prise de poids m’a vite calmé. 

Oui, je suis faible.

 À savoir que la cigarette étant considérée comme un coupe-faim sauf pour moi. 
Le poids qu’on reprend est souvent dû à notre manière de compenser. 

 

Et d’autres études vont même jusqu’à dire qu’on prend les kilos qu’on aurait à la base question de métabolisme. Je ne rentrerais pas dans les détails, je ne suis pas médecin et ni fan des théories en tout genre. 

Revenons à mon changement, je suis passée à la cigarette électronique.

 

J'ai complètement adhéré à la vapoteuse

 

 

Je dois vous avouer qu’au début que je n’étais absolument fan du procédé, des composants, bref méfiante.

 Et la plupart des personnes l’ayant utilisé au début sont vites revenus au bon vieux tabac traditionnel. 

Ce qui m’a fait changer d’idée, premièrement je fume très rarement dans mon salon sauf quand je reçois. 

Avant mes problèmes d’internet, j’avais un bureau et j’y fumais. 

Oui, je suis là fumeuse devant l’ordinateur en fonction de ce que j’y fais. 

Depuis que l’ordinateur est dans le salon, j’ai dû revoir mes habitudes, surtout parce que je n’ai plus de balcon. Des travaux qui j’ai l’impression ne se termineront jamais. 
Du coup je fume dans le salon et l’ odeur commence à m’agacer sérieusement. 

 

C’est une des raisons qui m’a fait passer de l’autre côté du miroir. 

Vu que nous sommes en novembre qui est le #moisSanstabac disons que ça tombe bien .

J’alterne toujours les 2, mais depuis une semaine ma consommation de cigarette a largement diminué.

Et sans être hypocrite mon porte-monnaie apprécie aussi. 

D’ailleurs dans mon bullet journal je me suis fait une page budget tabac pour suivre mes dépenses. 

Ce qui va me permettre de comparer concrètement le changement financier.
J’ai aussi fait le choix d’aller dans une boutique aromaclop en ayant une en face de chez moi. 

Pourquoi s’en priver? Et contrairement à internet, j’ai des conseils personnalisés. 

Et le prix n’est pas plus élevé, une vendeuse très gentille et pédagogue. 
Au bout d’une semaine, le bilan est plutôt positif, pour l’instant, je m’octroie 3 à 4 cigarettes par jour, sinon je suis trop nerveuse.

 Aujourd’hui je suis à 3 et je me porte bien. 

 Sur ce dernier point, ayant une santé assez bancale, réduire ma consommation de cigarette ne peut me faire que du bien. 

Je vous donne rendez-vous dans un mois pour mes nouveaux objectifs pour le bilan. 

Et vous quel est votre rapport avec le tabac ? 

 

 

Le tabac et moi une grande histoire. A laquelle j'ai décidé de mettre un terme progressivement.

commentaires

Un petit mot

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

20 commentaires sur “Ma relation avec le tabac.”

%d blogueurs aiment cette page :